Vendredi 04 juin 2004

 

Chroniques de

Dossiers

  Polémiques
  Sport

Caricature

  Horoscope du jour

A votre service

Archives

 

Sport > L'actualité sportive

Maintien du CABBA en division 1
Qui sera capable de construire une trés grande équipe ?

Hassen Wahid
01-06-2004

Imprimez cet article
Envoyez cet article à un ami

  Pour la seconde saison consécutive, le CABBA est sauvé miraculeusement de la relégation. Une série qui semble avoir pris de solides racines dans le parcours de l'équipe depuis son accession en nationale 1. Incapable de démontrer la moindre amélioration, la moindre supériorité technique ou collective malgré la présence de joueurs talentueux, à  l'image de Yontcha, Saà¢di, Kheddara et bien d'autres, le CABBA a tout au long du présent championnat fait figure de probable relégable en occupant les profondeurs du classement. L'analyse de cette situation fait ressortir que l'équipe a joué sans réflexion ni jugement, sans aucun style ni à¢me. La phase aller du championnat présente l'équipe dans une bien triste image, faisant revivre à  ses supporters cette crise sans fin qui touche toutes les structures du club avec des mesures et des pratiques peu compatibles avec la recherche de l'amélioration et du progrés tant technique que dans la gestion du club. Hocine Zekri, qui a pris l'équipe en cours de parcours et qui a failli dés ses débuts jeté l'éponge aprés avoir découvert les difficultés et les obstacles qui l'attendaient au sein d'une équipe complétement vouée au purgatoire, a tout de màªme accepté son sort, démontrant à  ses détracteurs qu'il posséde une expérience des choses difficiles du football. Le coach, avec un retour presque favorable au CABBA surtout lors des derniéres rencontres du championnat avec une conception de jeu qu'il a su brillamment inculquer à  tout le groupe, a pu redonner du panache et du spectacle à  l'équipe si triste jusqu'ici. Il a gagné ce défi par le maintien, à  la grande joie des milliers de fans des Jaune et Noir.
Mais il y a lieu de dire que le présent de l'équipe fanion de la capitale des Bibans est fait d'incertitudes, comme d'ailleurs lors des précédentes saisons. Aucune initiative ne semble voir le jour pour gérer ce maintien. La phase de prospection et de recrutement de joueurs ne semble pas intéresser les dirigeants qui, au regard des difficultés rencontrées, ne voudraient pas s'aventurer sans des engagements solides, surtout avec des caisses vides. La disette financiére du CABBA enregistrée en cette fin de saison fait peur à  tout le monde, y compris aux deux principaux dirigeants Remache et Tabbakhi, qui se refusent à  tout commentaire sur leur avenir à  la tàªte de l'équipe dirigeante. Un silence porteur de beaucoup de surprises. Si les joueurs du CABBA, avec un peu plus de mordant et une amélioration technique, n'ont rien à  envier sur le plan technique à  leurs homologues des autres équipes, si la passion des fans ne se dément pas et s'il y a une spécificité à  Bordj Bou Arréridj qui fait que toute la population est supporter du CABBA, il y a par contre pénurie alarmante de dirigeants sportifs, compétents et sérieux. Cela sans diminuer de la valeur du président du club Remache Haoués et du président de la section football Tabbakhi Farid, qui n'ont pas eu la main heureuse quand il s'est agi de trouver des sources de financement au profit du club par l'absence de sponsors, bien que la région de Bordj Bou Arréridj regorge d'investisseurs et de promoteurs de trés grands calibres industriels, qui malheureusement refusent d'aider le club, préférant pour certains se distinguer par des actes financiers, surtout de prestige, qui n'ont rien à  voir avec la solidarité collective.
Cette gestion financiére en dents de scie du CABBA n'a pas échappé au wali de Bordj Bou Arréridj qui a débloqué, toutes subventions confondues, une enveloppe financiére de 5 milliards de centimes, assure-t-on. Aujourd'hui, les milliers de supporters éparpillés à  travers les communes que compte la wilaya, màªme si ceux de Ras El Oued, sont pour l'Entente de Sétif qui, aprés avoir vibré et ressenti une profonde joie procurée par le maintien de leur équipe, sont de nouveau envahis par l'inquiétude, le remords et des lendemains incertains qui risquent de replonger l'équipe dans les erreurs du passé et, de fait, faire entamer la prochaine saison en luttant pour le maintien plutà´t que d'afficher des ambitions plus raisonnables. Dans les milieux sportifs de la ville, et en l'absence de toute réaction sur l'avenir immédiat du CABBA et la réticence de Remache et Tabbakhi à  rempiler à  la tàªte de l'équipe dirigeante, les fans amoureux du club se tournent, à  travers un appel SOS, vers l'ancien président et éternel pourvoyeur financier du CABBA, M. Salah Bouda, pour reprendre du service. D'autres parlent de l'ex-président également, Boubakeur Belferkous, alors que rien n'est dit officiellement, surtout en l'absence de date fixant la tenue de l'assemblée générale. Cà´té effectif, on parle du départ de plusieurs joueurs, notamment Maà¯di, Idi, Saà¢di, Kheddara et màªme le Camerounais Yontcha.
Quant à  l'entraà®neur Zekri qui désormais connaà®t à  fond ce que cachent les coulisses du CABBA, il attend de voir mieux à  l'uvre les nouveaux acteurs. Mais, dit-on, à  Bordj Bou Arréridj, a-t-on retenu la leà§on de ce passé au bilan catastrophique sur tous les plans ? Et qui serait capable de redonner au CABBA cette ambition faite d'exploits, avec un objectif commun de construire une trés grande équipe ? Il semble, selon certaines sources, que le wali de Bordj Bou Arréridj s'impliquerait une fois de plus pour rebà¢tir l'équipe.
Combien et avec qui ? Nous le saurons dans les prochains jours.
Hassen Wahid


Recherche

Copyright © 2002-2016 Le matin. Réalisation All Rights Reserved