Lundi 28 juin 2004

 

Les chroniques

Dossiers

  Polémiques
  Sport

Caricature

  Horoscope du jour

A votre service

Archives

 

Quotidien > Evénement

Conférence de presse du DG de l'AADL
« Le montant des charges locatives est justifié »

Màªme s'il s'en défend, la conférence de presse donnée hier matin, au siége de l'entreprise, par le directeur général de l'Agence nationale de l'amélioration et du développement du logement (AADL) sonne comme un avertissement à  l'endroit des bénéficiaires mécontents au sujet des charges à  payer.
« Je fais appel à  leur sens de responsabilité car s'ils persistent, ils risquent de compromettre la formule de location-vente », a, en effet, tenu à  souligner Kamel Maiche.
Une phrase qui lui vaudra d'àªtre plusieurs fois interpellé par les journalistes présents en masse hier. Le directeur de l'AADL n'admet pas que des citoyens rechignent à  payer plus de 2 000 DA de charges, alors qu'ils paient aisément au privé plus de 25 000 DA de loyer par mois. Le conférencier a ensuite abordé aux moindres détails les charges de gestion de la copropriété. « Si l'occupation du logement constitue pour chaque ménage l'essentiel de cette opération, il n'en demeure pas moins que pour la collectivité des résidants, l'entretien immédiat et la préservation continue des lieux constituent également une préoccupation majeure de l'Etat qui a investi dans cette opération. » Et de se demander quelles charges ils pourraient réduire : « Celles de l'entretien, du gardiennage, de la gestion de la bà¢che d'eau, de l'ascenseur, de l'électricité dans les parties communes ? Tout cela a un coà»t. » Un coà»t jugé trés excessif par les bénéficiaires qui ne conà§oivent pas de payer autant de charges. « Je demande aux bénéficiaires quelles charges l'AADL peut réduire ? », s'exclame le directeur général de l'AADL, qui a réuni la presse pour apporter une mise au point aux contestataires. « Il faut savoir ce qu'on veut, n'est-il pas agréable de vivre dans une cité o๠tout fonctionne normalement et trés bien ? L'entretien a un coà»t si l'on veut garantir un cadre de vie agréable en permanence. » Il ajoutera que les locataires pourront par la suite s'organiser et dégager un comité pour le suivi, mais pour l'heure, c'est l'AADL qui seule s'en charge. Mais plus que les charges, c'est le fait accompli qui agace certains bénéficiaires. Constat que récuse le directeur général de l'AADL qui soutient que tout a été fait en toute transparence : « Les gens étaient informés du niveau de la prestation, par mesure de précaution nous avons mis une clause de révision. » Kamel Maiche précisera que le coà»t de la charge a été comptabilisé au métre carré, d'o๠la différence à  payer entre les logements F3 et F4. « Pour les F3, le loyer mensuel est de 4 375,00 DA, les charges de 2267,00 DA. Les F4 2 753,00 DA de charges pour 5 312,50 DA de loyer. » Il ajoute enfin qu'en cas de manquement, l'AADL qui a mis sur pied un service juridique des « plus efficaces » fera valoir l'article 97 de la loi des finances 2003. C'est-à -dire le recours à  la justice aprés mise en demeure.
Saà¯da Azzouz


Saà¯da Azzouz

02-06-2004

Imprimez cet article Envoyez cet article à un

 

A lire également


Pétition pour la libération de Mohamed Benchicou et Hafnaoui Ghoul

Une mosquée de la banlieue parisienne recouverte d'inscriptions xénophobes

Six membres de la garde irakienne tués

Benchicou en prison : la solidarité

Libération de Benchicou et Ghoul : vaste mobilisation

 


Recherche

Copyright © 2002-2016 Le matin. Réalisation All Rights Reserved