Samedi 26 juin 2004

 

Les chroniques

Dossiers

  Polémiques
  Sport

Caricature

  Horoscope du jour

A votre service

Archives

 

Polémiques>


Peuple otage entre totalitarisme et intégrisme

Dahmane Nacer
01-06-2004

Imprimez cet article
Envoyez cet article à un ami

L'Algérie n'a jamais été aussi riche que ces derniéres années. Le prix du pétrole a dépassé la barre de 40 dollars le baril, les réserves de change ont atteint plus de 33 milliards de dollars. Avec cet argent qui afflue, l'Algérie est à  l'agonie, engluée dans les problémes économiques, accentués par la panne des secteurs productifs. L'investissement recule et le chà´mage continue à  ravager le peuple. 30 % de la population active ont été frappés par les licenciements massifs qui touchent l'ensemble du secteur public. Aucun projet de relance économique n'est envisagé pour absorber ce chà´mage destructeur de la société. La corruption constitue un probléme fondamental pour le développement économique, qui permet à  une bourgeoisie spéculative de s'enrichir au nom de pseudo intéràªts de la nation. La population vit dans la misére la plus dramatique depuis l'indépendance, alors que les nantis et valets des puissances occidentales accaparent toutes les richesses nationales. La misére socioéconomique engendre des situations de révolte et de ras-le-bol. Au lieu de répondre favorablement à  leurs revendications pour l'amélioration des conditions de vie, le Pouvoir répressif en place pratique la politique de la carotte et du bà¢ton : humiliation, emprisonnement, poursuites judiciaires à  l'encontre de tous les démocrates, pendant que les égorgeurs bénéficient de la concorde civile.
Bouteflika a tendu la main aux intégristes. Les dinosaures, condamnés par l'histoire, ont été recyclés pour àªtre propulsés aux plus hautes sphéres de l'Etat. La remise en cause des libertés démocratiques constitue une priorité pour la coalition de Bouteflika MSP-RND-FLN redresseurs. Le peuple reste coincé entre le régime totalitaire et l'intégrisme. Aujourd'hui, l'échec des candidats démocrates n'est pas une fatalité de la démocratie. Certes la lutte est longue, mais le combat doit continuer pour une Algérie algérienne, celle qui refuse de vivre sous le bananier des apprentis de la dictature et de l'intégrisme.
L'heure des bilans est arrivée. Le courage politique est d'assumer ses erreurs et ses responsabilités dans la situation actuelle. Cessons de mentir à  la population ! Cette faà§ade démocratique a conduit lesdits démocrates à  s'éparpiller, pendant que les hommes de l'ombre tirent les ficelles pour le partage du pouvoir et des richesses nationales. Depuis 1992 on a essayé de régler le probléme de l'intégrisme avec le totalitarisme qui a recyclé la corruption et tous les conservateurs fossoyeurs de la démocratie sur la scéne politique chassés en 1988. Bouteflika n'a pas de projet de société, son seul projet est de remettre en cause les acquis gagnés de haute lutte et instaurer un régime absolu et totalitaire. Le contexte actuel nous oblige à  agir d'une maniére significative contre le Pouvoir corrompu et corrupteur afin de privilégier l'intéràªt général et contrer toutes les attaques massives qui anéantissent tous les acquis des luttes antérieures.
Dahmane Nacer
Coordinateur de l'association Actions pour la citoyenneté en Algérie (ACA), Lille 

 

A lire également


Hattab menace les intellectuels

Un policier assassiné,cinq autres blessés

Quatre nouvelles interpellations dans la mouvance islamiste en France

L'« émir » Taoutaou abattu à  Azzaba

Silence, on achéve l'ANP

Laver l'affront

« Elles resteront propriété de l'Etat »

Quinze milliards de dinars pour la Casnos

Les travailleurs exigent la démission du directeur

Vers une guerre civile ?

 


Recherche

Copyright © 2002-2016 Le matin. Réalisation All Rights Reserved