Mardi 22 juin 2004

 

Les chroniques

Dossiers

  Polémiques
  Sport

Caricature

  Horoscope du jour

A votre service

Archives

 

Polémiques>

Il n'y a de bon avocat que libre
Une réforme hérétique revient-elle à  une réminiscence obscure ? Elle remet à  jour un vieux projet conà§u depuis la période malheureuse du parti unique. Terrible interrogation, sinistre inquiétude : ce qui a avorté durant le totalitarisme naà®tra-t-il dans cette pseudo démocratie ?
Nasr-Eddine Lezzar, avocat [21-06-2004]  

Leà§on de Moore et Benchicou
La montée de la violence au Moyen-Orient (Palestine, Irak) s'effectue sous le regard passif et indifférent du monde arabe et celui de la communauté internationale. En Irak, les islamistes extrémistes n'ont pas hésité à  décapiter un jeune Américain. Ce qui est déplorable autant que les agissements irresponsables des armées américaine et britannique. Ces derniéres sont loin d'àªtre exemplaires et libératrices
Zak Ali Cherif [21-06-2004]  

Vos Messages
Qu'il est long le chemin qui conduit à  la liberté ! L'aspiration à  une représentation populaire refait surface dans notre pays, quoiqu'elle suscite une répression immédiate efficace, mais l'idée de plus en plus grande parcourt le corps social et ébranle les institutions. Dans le combat des Benchicou, Dilem et les autres, nous réclamons la liberté d'opinion et d'expression qui contient finalement toutes les autres.
[21-06-2004]  

L'encre des journalistes
Aprés l'élection à  la présidence d'Abdelaziz Bouteflika dans des conditions dignes d'un régime totalitaire, le Pouvoir algérien est devenu une machine à  broyer les hommes. Dans le contexte politique actuel, elle ne cessera pas de broyer tant que subsistera le moindre à®lot de résistance. L'isolement de toute une région (la Kabylie) depuis 2001 et la répression du mouvement citoyen. Le harcélement permanent subi par les syndicats autonomes qui luttent pour l'amélioration de leurs conditions de travail.
Farouk Mansouri, cadre d'entreprise Héléne Michelini-Beldjoudi, journaliste [20-06-2004]  

La prison libératrice
L'auteur de ces lignes appartient à  une corporation moins performante que la và´tre ­p; je le dis avec douleur. Nous ne nous sommes jamais insurgés ou sortis dans la rue, lorsque notre dignité professionnelle l'exigeait. Nous avons digéré nos révoltes, consommé et cautionné les abus. Notre silence a été complice. Cependant, nous sommes aussi menacés. Les màªmes serpents sifflent sur nos tàªtes. Ils concoctent dans l'officine de l'injustice un texte qui permettra au juge de nous emprisonner, lorsque nous faisons notre travail correctement ou lorsque nous disons des vérités. Sur ce point notre condition est la màªme.
Nasreddine Lezzar, avocat [20-06-2004]  

Liberté suspecte
La liberté de Benchicou était devenue presque suspecte comme celle des femmes qui s'émancipent au foyer dans lequel étaient cloà®trées leurs aà®nées. Comment pouvons-nous si franchement dénoncer les Zerhouni, Bouteflika et autres en restant impuni ?
Nordine Mzalla, mouvement citoyen de Boumerdés [20-06-2004]  

Vos Messages
Nous ne sommes pas dans un Etat de droit, sinon comment peuvent-ils condamner un innocent et laisser traà®ner les assassins d'un peuple opprimé. Nous sommes dans un Etat de non-droit et d'injustice. « Mieux vaut se briser que de s'incliner », comme l'a dit Matoub.
[20-06-2004]  

Solidaire avec mon adversaire politique
Un journaliste est de nouveau en prison. L'ignominie est décrétée justice, l'infà¢me est institué pouvoir judiciaire et la là¢cheté portée en robe de la magistrature. Jamais un homme de ma génération, de la màªme culture et de la màªme formation, n'a été si éloigné de mes attitudes et de mon action militante
Sid-Lakhdar Boumediéne, enseignant [15-06-2004]  

Qassaman que vous avez gagné !
Les événements de notre pays annoncent gravement un retour certain aux époques funestes de la tyrannie. Les symptà´mes sont criants. Nous assistons quotidiennement à  ce vulgaire acharnement contre tous les hommes de la presse. Ces derniers ne font que dénoncer les actes de sabotage au sein des institutions de la nation, dévoiler les dangereuses mafias protégées par des commis de l'Etat. Le concept du droit reste bafoué par ceux-là  màªmes qui sont censés le défendre. Le pays devient ainsi une jungle o๠le tour est joué par les médiocres
Rachid Chekri, instituteur-écrivain [15-06-2004]  

Ghoul et les autres
Avant tout, vous savez mieux que moi, Monsieur Ghoul Hafnaoui, que les Algériens, conscients de la réalité de leur pays, sont convaincus que la presse indépendante est devenue effectivement l'ambassadrice de l'Algérie réelle. Cette presse, en particulier certains titres, n'abuse pas de la confiance des Algériens pour dire tout va bien. Elle présente les choses telles qu'elles sont.
A. Bellagh [15-06-2004]  



Recherche

Copyright © 2002-2016 Le matin. Réalisation All Rights Reserved