Le Quotidien
L'actualité quotidienne,
toutes les rubriques


sport.gif (1036 bytes)

Ecole :
on politise nos potaches

leDossierduJeudi.gif (655 octets)

La Une En PDF

mise à jour

polemiques.GIF (554 octets)
Espace réservé
aux débats

La Rétrospective : Le Bilan 2001

archives.gif (1119 octets)

contacteznous.gif (356 octets)

logo_interface.jpg (69242 octets)

logo.jpg (2445 octets)

Alger, mercredi 2 octobre 2002

logolematin.jpg (3422 octets)

La Chronique de SAS

K - t h o d i k
kthodikhome.jpg (5224 octets)
mise à jour

lehichome..gif (493 octets)

oaotennisalgerien.gif (2235 octets)

L'Evénement

A quelques jours de la tenue des élections
La Kabylie quadrillée

une.jpg (25358 bytes)
Photo Moh Le Matin
Le Pouvoir est décidé à mater la Kabylie. Depuis avant-hier, des convois de CNS sont dépêchés dans la région. Pendant que dans la wilaya de Tizi Ouzou plus de quatre cents éléments se sont dirigés vers Larbâa Nath Irathen de nuit, à Béjaïa, le passage des renforts de forces policières a provoqué la colère des insurgés à Sidi Aïch, Ighzer Amokrane et surtout à Semaoun.

Ouverture du procès des attentats de Paris de 1995
Le procès des attentats parisiens de 1995, revendiqués par le GIA, Groupe islamique armé algérien, notamment via un courrier envoyé le 27 août 1995 au Président Jacques Chirac, s'est ouvert hier devant la cour d'assises spéciale de Paris. Si le calendrier de l'audience n'est pas modifié, le verdict du procès de ces attentats, qui ont fait 8 morts et 200 blessés, sera connu le 31 octobre.

Coopération algéro-française : ce qu'en pense le patronat français
Les hommes d'affaires français prendront encore le temps de la réflexion. Même si le marché algérien leur apparaît nettement plus sûr que par le passé, leurs réticences demeurent. C'est ce qui ressort du sondage que le Medef a effectué, et dont les résultats ont été communiqués à l'occasion de la visite de son comité-Algérie.

Le Maroc entre islamisme et modernité
Le roi Mohammed VI et son Premier ministre, Abderahmane Youssoufi, ont réussi leur pari : réaliser les premières élections libres de l'histoire mouvementée du royaume. Mais cette victoire ne saurait faire oublier une abstention très importante autour de 45 %, signe d'une démobilisation massive de l'électorat, et la place revendiquée désormais par l'islamisme sur l'échiquier politique marocain.

Site Hébergé par BIUNET                           Copyright © 1998-2002 - LE MATIN - All rights reserved             Navigation affichage écran 800 x 600