Vendredi 04 juin 2004

 

Chroniques de

Dossiers

  Polémiques
  Sport

Caricature

  Horoscope du jour

A votre service

Archives

 

Dossiers> Dossiers du jeudi


« Ce sera l'esssor du cinéma algérien »

B. K. *Directeur de la Cinémathéque d'Alger
01-01-2003

Imprimez cet article
Envoyez cet article à un ami

Par Boudjemà¢a Karéche*

Décembre 1997, sortie de La Montagne de Baya du défunt Azzedine Meddour ; décembre 2002 sortie de Rachida de Yamina Bachir-Chouikh. Ces deux dates signifient beaucoup de choses pour nous et dont deux fondamentales : tout d'abord, la ruée vers les salles d'un jeune et large public composé en grande majorité de jeunes filles belles et audacieuses, et aussi et surtout l'espace, l'immense temps qui s'est écoulé entre les deux films. Ce public a dà» attendre cinq années et quelques jours pour avoir droit à  une nouvelle toile et à  des lieux ludiques. Est-ce possible ? Est-ce normal ? Pour nous, non et encore une fois non. Il est en effet anormal, insupportable de jouer les Pénélope pour un film aussi merveilleux soit-il, aussi beau soit-il.
Nous apprenons enfin par la presse de ce jour que six films plus huit sont sur le point d'àªtre tournés. Il s'agit pour les six premiers de : Le Vent de l'oubli de Belkacem Hadjadj, Stationnement gàªnant de Mahmoud Zemmouri, Mehdi d'Alger de Saà¯d Ould-Khelifa, Viva l'Algérie de Nadir Moknache, Pour 10 millions de centimes de Bachir Deraà¯s, Les Suspects (Les Vigiles) de Kamel Dehane. Pour les huit autres de : Mon ami ma sur de Mohamed Oulebcir, Un ràªve algérien de Jean-Pierre Lledo, Le Rapide d'Oran de Rachid Ben Brahim, Le Clandestin II de Ben Amar Bakhti, Le Soleil assassiné de Abdelkrim Bahloul, Mimouna produit par Nadia Cherabi, Si Mohand ou M'hand de Yazid Khodja, La Voisine de Ghouti Bendedouche (déjà  terminé). Et si nous ajoutions à  cette belle liste Rachida et le dernier film de Allouache, nous arrivons à  un total de seize films, en un mot à  un miracle. Nous apprenons aussi que cinq courts métrages réalisés par de jeunes talents seront pràªts, ce qui ajoute une autre dimension à  ce miracle, et si nous nous sommes permis de reprendre la liste des longs métrages c'est pour dire aussi qu'à  propos de jeunes talents plusieurs d'entre eux signent leur premier ou deuxiéme film.
Tout à§a est trés beau, magnifique et miraculeux màªme, seulement en écoutant les nombreux professionnels trés présents sur la place publique en ces moments, tout peut àªtre arràªté, stoppé et effacé par cette « histoire de matériel », histoire absolument kafkaà¯enne. Ce matériel pourtant existe et nous appartient, il est bien entretenu, et alors une seule question se pose : pourquoi n'est-il pas mis à  la disposition des cinéastes dés demain ou, à  la limite, aprés-demain ? Et nous ajouterons, et c'est important, qu'il doit l'àªtre gratuitement. Nos impatients cinéastes, à  l'aide d'une organisation légére et un peu d'argent, pourraient alors l'entretenir, le vérifier et, surtout, l'utiliser et recommencer une expérience positive dont ils sont tous fiers aujourd'hui, lorsqu'ils se sont mis ensemble pour acheter la pellicule.
Il est vrai que tout juste une année et dix mois, pour àªtre plus précis, suffisent à  peine pour confectionner un long métrage. Pour notre part, nous osons croire que tout est encore possible car nos cinéastes sont pràªts : les scénarios sont écrits, le montage financier établi, les équipes techniques et artistiques constituées, les repérages effectués et il ne leur reste plus qu'à  dire, et c'est d'ailleurs le moment le plus beau de leur vie : « Silence on tourne ! » Nous sommes certains et confiants, à  Alger tout d'abord et à  Paris ensuite, dans la mythique salle du Palais de Chaillot de la cinémathéque franà§aise en novembre prochain - novembre c'est important n'est-ce pas ? - nos programmes marqueront le renouveau de notre cinéma et, pour notre part, nous pouvons alors quitter la scéne quelque peu apaisés. Et l'Année de l'Algérie en France aura alors à  nos yeux un sens car elle aura été fondatrice.

B. K.
* Directeur de la Cinémathéque d'Alger

 

 

A lire également


« Danger sur la liberté de la presse »

« La menace Bouteflika restera entiére »

« Les jours seront sombres »

« Ce sera l'année anti-américaine »

« Les vrais problémes vont rester »

« Chasser les loups islamistes »

« Nous nous opposerons à  tous les bradages »

« Stopper la guerre en Tchétchénie »

« Pour une nouvelle coopération entre l'Algérie et les Nations unies »

 


Recherche

Copyright © 2002-2016 Le matin. Réalisation All Rights Reserved